Archives des Pyrénées-Atlantiques - Béarn Pays basque






 
Le document du trimestre

Triste printemps 1747

 

extrait du document C 1292

 

 

C1292  Minute d'un placet présenté au Roi par les syndics généraux pour demander une remise d'impositions.

1747

 

Ce document provient du fonds des Etats de Béarn conservé dans la série C – Administrations provinciales

 

 

Consulter le document dans son intégralité

 

 

Consulter la transcription

 

Avant que le XIXe siècle ne fasse son éloge, le climat béarnais était perçu par les habitants comme particulièrement menaçant. Gelées, grêles, pluies et brouillards à répétition fragilisent alors une société fondée sur l’agropastoralisme.

 

 

Le Béarn vient de subir plusieurs années consécutives de conditions climatiques désastreuses aux lourdes conséquences tant sur les troupeaux que sur les récoltes. Le royaume de France connaît au milieu du XVIIIe siècle une période de relatif répit dans ce que l’on a appelé le petit âge glaciaire. Mais les années 1745-1750 sont marquées par des printemps tourmentés. Les syndics sont notamment sensibles aux dégâts que la grêle cause à la vigne, étant eux-mêmes fréquemment propriétaires de vignobles.

 

 

Face à ces difficultés climatiques, la capitation et le dixième, impôts d’Ancien Régime, sont mal ressentis par les Béarnais. Ils n’ont alors d’autre choix, pour subsister, que d’en appeler au roi afin d’obtenir des allégements fiscaux.
 


 

Mais le royaume, engagé dans la guerre de succession d’Autriche, doit alors faire face à des dépenses extraordinaires, comme le soulignent les syndics.

 

 

Ce contexte difficile peut ainsi faire douter de l’aboutissement de cette requête.

 


 

Et en 1902 ?

 

La station climatique de la Tour Moncade à Orthez sur e-bibliothèque

Consulter les précédents documents du trimestre:

 

 

 

 

 


Partager